AOP, IGP, VDF.. quelles différences entre ces appellations ?

AOP, IGP, VDF.. quelles différences entre ces appellations ?

Ce mois-ci, zoom sur les différents niveaux d'appellations que l'on peut voir sur les étiquettes de nos bouteilles de vin Français, car comme pour les labels (découvrir l'article sur les labelsça n'est pas toujours simple d'y voir très clair.

Avant de rentrer dans le vif du sujet il faut savoir qu'en France c'est l'INAO (Institut National des Appellations d'Origine) qui régit l'ensemble des cahiers des charges pour chaque appellation.

Cet institut dépend directement du ministère de l'agriculture, et s'occupe également de l'ensemble des appellations des produits agricoles et agro-alimentaire fabriqués en France (Fromages, viandes, fruits, huiles d'olives....)




Il est officiellement créé en Juillet 1935 sous l'impulsion du Sénateur de la Gironde Joseph Capus, du Baron Leroy vigneron à Châteauneuf du Pape ainsi que d'acteurs du milieu viti-vinicole français afin de se sortir de la crise que subit le secteur depuis de nombreuses années.

En effet, à partir du milieu du XIXe siècle, le phylloxera un minuscule insecte, va véritablement dévaster le vignoble européen imposant l'arrachage de millions d'hectares de vignes. Afin de faire face à la pénurie de vin, la fraude et la fabrication de vins frelatés vont se développer, on va par exemple faire deux fois du vin avec la même récolte, une première fois de façon traditionnelle et une deuxième en rajoutant de l'eau et du sucre sur le marc de raisin afin de créer une autre fermentation il en résultera un liquide que l'on nommera « Piquette » ceci n'étant qu'un exemple parmi tant d'autres des différentes idées frauduleuses !

Le monde viticole sombre alors dans la misère, dans le pays les révoltes grondent au sein de la profession d'où le besoin et la volonté de légiférer avec un premier cadre en créant le service de la répression des fraudes (loi de 1905), et un premier texte officiel en 1907 qui définit ce qu'est un vin : « produit de la fermentation complète ou partielle du raisin frais ou du jus de raisin frais ».

Les vignobles de qualité vont revendiquer leur savoir-faire, le terroir et la typicité régionale de leur travail, c'est donc de cette manière que débute les prémisses de ce qui deviendra près de 30 ans plus tard l'INAO avec la naissance des 5 premières AOC françaises en 1936 que sont Cassis, Châteauneuf-du-Pape, Arbois, Monbazillac et Tavel.

Voilà pour la page histoire de cet article, qui nous est bien utile pour comprendre le contexte dans lequel est née l'idée d'appellation d'origine.

VIN DE FRANCE, IGP et AOC...

En France, et en Europe d'une manière générale, le système d'appellation est assez similaire plus la zone géographique est grande et plus le cahier des charges est permissif.


1/ Vin de France ou SIG (Sans indication géographique)


Il s'agit d'une dénomination qui existe depuis 2009. Elle a le gros avantage de donner beaucoup de liberté au vigneron qui décide de faire du vin sous cette mention, en permettant par exemple de planter des cépages qui ne sont pas autorisés sous l'AOC de la zone géographique dans laquelle il se trouve, d'acheter du raisin à l'autre bout du pays et élaborer son vin avec, ou encore de créer des vins en tentant des méthodes de vinification différentes. Ainsi certains vignerons réputés ont dans leur gamme un ou plusieurs vins (voire tous) en dénomination VIN DE FRANCE, car cela leur permet de véritablement « jouer » avec leur imagination et faire des vins qui sortent du cadre d'une AOC ou IGP plus stricte et cadrée. C'est dans le Languedoc-Roussillon que l'on trouve le plus de vins estampillés Vin de France.

Contrairement à certaines idées reçues les VDF ne sont pas moins qualitatifs que d'autres vins élaborés sous appellation, et peuvent véritablement être d'excellentes bouteilles à découvrir.

La preuve le marché des VDF est en pleine expansion avec 355 millions de bouteilles produites en 2019, et s'exporte désormais très bien puisque les vins portant cette mention représente 16% des volumes de vins exportés notamment vers l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas.



2/ IGP




L'Indication Géographique Protégée vient remplacer la dénomination Vin De Pays (VDP) en 2009 et représente des vins à mi-chemin entre VDF et L'AOC/AOP avec un cahier des charges moins permissif que VDF, et une zone de production plus vaste qu'une AOC. On dénombre 75 IGP en France qui souvent mettent en valeur un cépage plus qu'un terroir.

Cette dénomination permet également au vigneron plus de liberté de création qu'une AOC tout en bénéficiant d'un cadre qualitatif précis.

En 2018 les vins produits sous IGP ont représenté 33,5% du volume total.

À noter qu'une IGP ne concerne pas que le vin mais tout comme l'AOC/AOP, elle se décline aussi pour les produits agricoles et agro-alimentaire.



3/ AOC ou AOP



L'AOC (
Appellation d'Origine Contrôlée) permet la production de vin en suivant des règles plus précises et est délimitée sur une zone géographique plus restreinte qu'une IGP. Le cahier des charges répond ici à un savoir-faire ancestral lié au terroir et à des habitudes de production qui caractérisent la typicité d'un produit.

Depuis 2009 on trouve désormais la mention AOP (Appellation d'Origine Protégée) qui est l'équivalent européen et qui tend à harmoniser la réglementation avec nos voisins européens.

Généralement avant qu'une nouvelle AOC/AOP ne voit le jour, c'est d'abord une IGP ou encore une Indication Géographique comme c'était le cas jusqu'en 2017 avec l'AOP Vézelay qui existait jusqu'alors comme AOC Bourgogne Vézelay.
C'est donc un syndicat de vignerons qui doit faire la demande auprès de l'INAO pour faire reconnaitre ses vins sous AOC/AOP

Pour Résumer on peut donc dire que la mention Vin De France concerne la plus grande surface de production des vins français avec beaucoup de liberté dans sa mise en forme, les IGP concernent des zones géographiques plus restreintes et un cahier des charges plus précis, les AOC/AOP quant à elles sont clairement lié au terroir et aux pratiques usuelles d'une zone géographique bien spécifique.

Ces mentions, dénominations ou appellations ne nous donnent en revanche pas d'indice formel quant à la qualité du vin qui s'y trouve, l'essentiel étant surtout de prendre plaisir à boire et découvrir de nouvelles pépites chez votre caviste préféré !


Comment savoir si un vin a l'une de ces appellations (sur le site conroy.fr) ?


Regardez dans la désignation du produit, elle y est parfois renseigné et si ce n'est pas le cas, il vous suffit de regarder dans l'onglet "détail du produit" sur la fiche du produit.  

    Laisser un commentaire