Comment fait-on des rosés ?

Comment fait-on des rosés ?

Sortez les rosés !

Voilà les beaux jours, le soleil et ses premières (vraies) chaleurs nous permettent d'entrevoir l'idée de bons moments à passer sur sa terrasse pour profiter de la douceur du printemps et de l'été à venir.

La star du moment lorsqu'il s'agit de s'attabler autour d'un verre c'est incontestablement le vin rosé car il donne bien souvent un air de vacances à l'accent provençal même s'il va falloir encore patienter un peu avant d'étaler sa serviette sur les plages de la côte.
Ce mois-ci petit zoom sur le chouchou de la belle saison car sous ses airs de vin considéré bien souvent à tort comme un simple « vin de vacances » il peut se révéler une excellente alternative aux vins rouges ou blancs.

Dis papa, comment on fait des rosés ?

En voilà une bonne question, car en fonction de sa méthode d'élaboration le rosé servi dans votre verre n'aura pas les mêmes caractéristiques et donc ne se boira pas forcément dans les mêmes circonstances.

En France il existe 3 façons différentes de faire du vin rosé :

Les rosés de la Champagne

La première variante n'est réalisable qu'en Champagne car interdite dans les autres décrets des différentes appellations françaises, et pour se faire il suffit de mélanger du vin rouge et du vin blanc. Ensuite la prise de mousse se fera par la méthode traditionnelle grâce à la seconde fermentation en bouteille qui permettra d'obtenir la légendaire bulle champenoise.

Ce n'est pas une règle en soi car un vigneron Champenois peut également réaliser un Champagne rosé selon l'une des méthodes citées plus bas dans l'article.

Les rosés de « Presse »

Pour ce rosé, la méthode consiste à vendanger des raisins à la peau noire en évitant au maximum de les écraser les uns contre les autres avant leur arrivée au chai où ils seront directement égrappés puis mis au pressurage et délicatement pressés afin de pas extraire trop de matière colorante et ainsi garder cette jolie couleur rosée claire. Le jus ainsi obtenu est vinifier de façon traditionnelle et ne nécessite généralement pas d'élevage particulier.

Les rosés obtenus par ce procédé sont la plupart du temps des rosés légers aux arômes fruités à consommer dans leur jeunesse.

Les rosés de « Saignée »

En ce qui concerne les rosés de saignée une étape cruciale est ajoutée à la méthode précédente. En effet après avoir cueilli ses grappes de raisin à peaux noires, le vigneron va cette fois effectuer une macération courte (8 à 12H) en cuve afin de libérer des matières colorantes, les tanins ainsi que des arômes. Il va être vigilant sur cette étape car si le temps de contact entre les peaux et le jus dure trop longtemps ça n'est pas du vin rosé qu'il obtiendra mais plutôt du vin rouge.

Une fois que la couleur souhaitée est obtenue, le vigneron va « saigner » la cuve c'est-à-dire en extraire une partie et ainsi garder les jus rosés pour les mettre en fermentation.
Avec le reste des raisins laissé en cuve le vigneron peut réaliser un vin rouge en continuant la macération et procéder ensuite au pressurage.

On les retrouvera ce style de rosé sur des appellations comme Bandol (Vin de Provence), Tavel (Vin de la Vallée du Rhône méridionale) par exemple.

Ces rosés de saignée n'ont pas toujours la cote auprès des consommateurs car généralement plus colorés, pourtant dotés d'une aromatique plus soutenue, de plus de matière ils sont très intéressant à marier sur des plats plus riches car ils ont une dimension plus gastronomique.

Pour certains rosés quelques années en cave peut être bénéfique en leur apportant une certaine complexité.

Si les plus connus des vins rosés français se situent sur le pourtour méditerranéen il en existe pourtant dans quasiment toutes les régions viticoles ce qui en fait d'ailleurs de la France le premier pays producteur de rosé au monde*... Cocorico !

Et les exportations y vont bon train puisqu'en 2019 nos voisins Allemands et Britanniques en représentaient la majeure partie suivis de près par les Hollandais .

Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter bonne dégustation toujours avec modération bien sûr.

*https://www.franceagrimer.fr/fam/content/download/50475/document/SYN-VIN-2016-observatoire%20vins%20ros%C3%A9s.pdf?version=1

    Laisser un commentaire